Gardiens des cités perdues, tome 1 – Shannon Messenger

img_20181015_133500_201810151336058174989657247184006393.jpg

Keeper of the lost cities — Lumen
Fantasy — Jeunesse
15/05/2014 — 15€

Vous rêvez de visiter Atlantis ou la mythique cité de Shangri-La ? Suivez le guide !

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde.

Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?

Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !

Gardiens des cités perdues est une saga jeunesse qu’on ne présente plus. Le succès a été au rendez-vous aux Etats Unis comme en France et la communauté de fans est très présente sur le net. Evidemment, face à un tel engouement, il faut avouer que j’ai commencé ma lecture avec beaucoup d’attentes. Le verdict ? J’ai bien aimé, mais je suis quand même loin de partager l’engouement que certains ont eu pour ce livre.

L’histoire est intéressante : les pages se tournent toutes seules et j’ai quasiment lu ce livre d’une traite. J’ai bien aimé les personnages (surtout Fitz et Keefe), mais Sophie est beaucoup trop Mary Sue. Elle est belle, a des yeux marrons qui fascinent tout le monde, est gentille, possède une grande intelligence (elle est a aussi des pensées beaucoup trop mature pour une enfant de douze ans soit dit en passant) et a des pouvoirs absolument stupéfiants, mais bien sûr elle reste humble et regrette presque son talent et l’admiration dont elle est l’objet. Ok, elle a du mal dans certaines matières comme l’alchimie, mais le tout est tellement éclipsé par sa bonté et par tous les autres talents qu’elle se découvre que ce maigre défaut est bien vite éjecté par l’auteure. Attention, je n’ai pas détesté Sophie, il y a des moments où je l’ai trouvé touchante, mais ça m’a énormément gêné… J’ai peur qu’au fil des tomes, ce ressenti de Mary Sue s’amplifie…

Du côté de l’univers, le monde que l’on découvre est plutôt sympa et un peu loufoque par moment. On sent que Shanon Messenger a beaucoup travaillé pour nous proposer un univers original et détaché des stéréotypes sur les elfes.
Par contre certains détails m’ont semblé forcés et m’ont un peu fait sortir de ma lecture. Par exemple, le fait que chaque légume a comme par hasard à chaque fois un goût de cheeseburger, saucisse ou pizza, une fois ça va c’est sympa, mais tout le temps c’est un peu trop. Ils peuvent tout simplement avoir leur propre goût. (Oui vous pourrez me retenir comme la lectrice qui pinaille sur les légumes, j’assume !) Autre exemple, le système de lécher une languette pour entrer dans un endroit ou ouvrir un casier m’a fait bien rire parce que je pouvait pas m’empêcher de trouver ça un petit ridicule (perso je vois une personne éminente lécher une languette sur un mur pour accéder à son bureau, je peux plus jamais le prendre au sérieux). C’est un peu dommage parce que j’avais l’impression d’avoir sous les yeux juste un moyen pour l’auteur de dire « regarde comment mon univers se démarque, et original et drôle » mais ça m’a juste paru lui ôter un peu de crédibilité.
Pour le positif, j’ai bien apprécié la joyeuse ménagerie de la famille de Sophie avec tous ces animaux disparus (des dinosaures quoi !), et certaines matières étudiées par les jeunes elfes dans leur école m’ont parues vraiment sympa. L’auteure a su créer un monde qui lui est propre, qui se démarque agréablement et qu’on prend généralement du plaisir à découvrir. L’idée des différentes cités perdues est aussi super, j’aurais d’ailleurs aimé en découvrir plus sur ces dernières (après tout ces cités perdues sont mentionnées dans le texte).

Venons-en à ce qui m’a le plus gêné dans ce livre : la rapidité. En une centaine de page Sophie apprend sa véritable nature, change radicalement de vie et a rencontré la moitié des principaux personnages du roman. Mais cette rapidité m’a surtout semblé relever d’une gestion un peu superficielle de la psychologie du personnage principal.

LÉGER SPOILER

Sophie se défait beaucoup trop facilement de son ancienne famille. Elle est triste pendant quelques pages, mais tout ça est facilement remplacé par l’une de ses grandes préoccupations du tome : réussir ses examens. La tristesse occasionnée par la perte de sa famille est donc très vite remplacé par sa préoccupation personnelle d’absolument réussir ses études. Je me suis dit à un moment qu’elle ne voulait peut être pas gâché cette nouvelle vie qu’elle avait obtenue grâce à un grand sacrifice et que cette réussite était pour elle un moyen de donner un sens à ce dernier, mais comme ce n’est absolument pas dit comme ça et je ne pense pas que ce soit au lecteur d’extrapoler pour justifier les choix de l’auteur… Ce point m’a assez dérangée parce que Sophie m’a parue bien égoïste et auto centrée sur ce point. Je ne demandais pas un apitoiement de 100 pages, mais là pour le coup c’était vraiment trop peu ou alors il aurait fallu une raison à son comportement comme celle cité plus haut. Je rappelle qu’elle n’a que 12 ans, et quitter une famille qu’on aime à cet âge là doit être particulièrement difficile.

FIN DU SPOILER

Je pense aussi que j’aurais plus apprécié ce livre si je l’avais lu quelques années plus tôt (et pourtant je déteste dire ça), car le tout m’a paru beaucoup trop simpliste.
La fille qui a toujours été spéciale, un peu en marge et qui apprend qu’elle est une personne recherchée encore plus spéciale qu’elle ne le pensait (et cette fois dans le bon sens). Elle se découvre un pouvoir fou qui surprend tout le monde, va dans une école magique où elle a le garçon dont elle est amoureuse, mais la considère comme une amie ; le joyeux luron insouciant qui amuse la bande ; la fille très sympa avec qui elle devient vite meilleure amie ; et la peste reine de l’école qui la prend aussitôt en grippe avec ses acolytes. Bien sûr il y a aussi le gentil prof qui joue la figure du mentor et un autre méchant qui lui met tant de bâtons dans les roues et que tout le monde craint et déteste. Ah et puis bien sûr un personnage haut placé qui là encore aide notre personnage, et un autre qui essaie là encore de le freiner. Ça me semble être un schéma un peu déjà vu non ?

EN BREF GARDIENS DES CITES PERDUES C’EST :

Une lecture sympathique, mais clairement pas le coup de cœur promis par tant de lecteurs. Je ne désespère tout de même pas. Au vu de l’engouement général, j’ai vraiment envie de donner sa chance à cette saga. En plus le cygne noir m’a vraiment beaucoup intrigué. Je lirai donc le tome 2.

12/20

Publicités

3 réflexions sur “Gardiens des cités perdues, tome 1 – Shannon Messenger

  1. Comme toi, j’étais très surpris du détachement rapide de Sophie vis-à-vis de son « ancienne » famille. Néanmoins, cela ne m’a plus dérangé car elle s’inquiète pour eux tout au long du roman. Et d’ailleurs, c’est à cause de cet attachement qu’elle commettra quelques infractions à la loi.
    Ce qui t’a gêné le plus est ce que j’ai préféré dans ce roman : sa rapidité. Nous sommes vraiment dans un roman destiné à de très jeunes lecteurs qui ont besoin d’être totalement captivés et très rapidement pour ne pas laisser tomber un bouquin. L’exemple le plus parfait –> romans Chair de poule. Ce sont les pires qui puissent existent, mais qui plaisent de par leur rapidité.
    Notre âge nous fait préférer des romans au démarrage plus lent, où tout se met en place progressivement. Cela fait du bien d’avoir du changement de temps à autre. Toutefois, je reste d’accord sur le principe, j’espère que les prochains romans ne seront plus aussi riches en si peu de pages.

    J'aime

    • C’est marrant de voir comment le même élément peut être vu totalement différemment par deux personnes ! Généralement quand je lis des livres destinés à la jeunesse, je suis plus comprehensive vis à vis de la rapidité. Mais ici je n’ai pas pu m’empêcher d’être gênée. Peut être que j’ai été plus exigeante envers ce livre suite à tous les avis dithyrambiques que j’avais lus. J’ai lu le deuxième tome et j’avoue ne pas me souvenir si j’avais trouvé l’intrigue trop rapide, en revanche j’ai été assez gênée par le côté marie sue de Sophie.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s