The Curse, tome 1 – Marie Rutkoski

The winner’s curse — Lumen
Fantasy — Young adult
16/02/2017 — 464 pages — 15€

Gagner peut être la pire des malédictions…

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

L’histoire de The Curse est en elle même est assez basique, un empire conquérant : la Valorie, un peuple opprimé : les Herranis, une romance interdite entre une maîtresse et un esclave, une rébellion… L’auteure a pourtant su me conquérir et me faire vivre une formidable aventure aux côtés de ces personnages.

Le personnage de Kestrel est vraiment intéressant. Je m’attendais à faire la connaissance d’une guerrière confirmée, prête à suivre les traces de son père, général célèbre. Je dois bien dire que j’ai été surpris car, Kestrel n’a pas vraiment de talent pour les armes. Elle est douée pour la stratégie, mais n’aspire pas à s’en servir en devenant militaire. On a donc une jeune fille tiraillé entre deux choix : devenir soldat, ce qu’elle ne souhaite pas, ou se marier, ce qui ne l’attire pas vraiment non plus. Kestrel a aussi une passion qui m’a surprise car je ne m’attendais pas du tout à la trouver dans ce livre : celle de la musique et surtout du piano, hélas mal vue par son peuple. J’ai apprécié cette jeune femme courageuse, rusée, étouffée par les choix d’avenir qui lui sont imposés et dont la personnalité apporte ce l’originalité au roman.
J’ai trouvé le personnage d’Arin plus banal. Je l’ai bien aimé aussi, mais il lui manquait peut être un petit quelque chose.
Le point le plus intéressant du roman est sûrement le fait que pour chacun des protagonistes appartiennent à des camps différents, et que le lecteur a bien du mal à prendre un parti. Kestrel ne se rebelle pas contre l’Empire à qui elle souhaite la prospérité, ni contre l’esclavage. De son côté, Arin veut rendre sa liberté à son peuple et, pour se faire, renverser la société des Valoriens. Et quand j’ai vu les sentiments naître entre ces deux là, j’étais à la fois heureuse et inquiète car je savais qu’à un moment tout allait forcément déraper. Cette relation m’a vraiment passionnée.

« N’est-ce pas ce que font les histoires, rendre ce qui est faux réel et ce qui est réel faux ? »

L’écriture de Maire Rutksoki m’a vraiment séduite, notamment certaines de ses descriptions que j’ai trouvée pleines de poésie. J’ai aussi beaucoup apprécie l’univers rappelant la Rome antique et son passé très riche. Du côté de l’intrigue, les événements s’enchaînent sur la fin, amenant à une conclusion abrupte, inattendue, qui donne envie de se jeter sur le second tome.

Hélas j’ai connus quelques déceptions. Tout d’abord, les intentions d’Arin sont révélées bien trop tôt et je pense que l’histoire aurait gagné à faire tenir le mystère plus longtemps. Ensuite, je n’ai pas trouvé Kestrel aussi fine que me le vendait le résumé. Elle est intelligente et fait preuve d’un certains sens logique, certes, mais pour une fille dont on dit qu’elle perçoit le mensonge chez les gens, j’ai trouvé qu’elle se laissait parfois avoir bien trop facilement. J’ai placé trop d’attentes dans son don de déduction, son sens stratégique et sa capacité à trouver la vérité chez les gens. J’ai aussi trouvé qu’il y avait quelques facilités scénaristiques, comme Kestrel qui autorise Arin, son esclave, à se balader librement en ville alors qu’il vient juste de la défier en public, soit disant car ce dernier veut voir sa copine (un mensonge qu’elle n’a pas su voir soit dit en passant).

EN BREF THE CURSE C’EST :

The Curse est un bon premier tome. Le postulat de base est assez simple, mais l’auteure a su donner à son histoire une richesse qui m’a conquise et qui m’a donné envie de lire la suite malgré les quelques défauts que j’ai pu relever. Je me suis passionnée pour le destin des deux protagonistes et une fois le livre fermé, je n’avais qu’une hâte : voir ce que l’avenir leur réserverait.

17/20

Publicités

2 réflexions sur “The Curse, tome 1 – Marie Rutkoski

  1. Je trouve ta chronique très intéressante et bien écrite ! Je me rend compte que ce livre n’est finalement pas fait pour moi xD Mais justement, c’est chouette, car j’hésitais vraiment à le lire et du coup la chronique a parfaitement répondu à mes attentes !

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! C’est assez surprenant de recevoir un commentaire positif parce qu’on a dissuadé quelqu’un de lire le livre. XD Mais je suis contente si j’ai pu t’éviter de perdre du temps avec un livre qui aurait eu de grandes chances de ne pas te plaire. J’espère que tu trouveras un livre plus à ton goût !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s